Cuba

Accueil Remonter Années Grands Joueurs Doubles / offer list Mancoliste/Want list Thèméchecs BENEFRALUX OIympiades Liens / Links Livre d'Or

 

Accueil
Remonter

                     

1951

1er novembre 1951 
 

 30ème anniversaire de la conquête du titre mondial par Capablanca


 
    Cette série de 7 timbres commémore le 30ème anniversaire du sacre de José Raùl Capablanca en tant que champion du monde d'échecs (en 1921). 

 


 

 

   

 

 

     

 


 

Chacune de ces FDC reprend un timbre de la série. A noter les enveloppes en Poste Aérienne.



3 de ces timbres ont été émis dans le cadre de la poste aérienne avec des valeurs faciales plus élevées. 
 
Les timbres de 1c et de 25c présentent le portrait de Capablanca à l'âge de 50 ans. 
Les timbres de 2c et 8 c nous présentent Capablanca face à un échiquier. 
Les timbres de 5c et 10c représentent la façade du mythique "cercle de Capablanca" à La Havane. 
Le timbre de 5c (en poste aérienne) nous présente la position finale de la 14ème et dernière partie au moment de l'abandon d'Emmanuel Lasker, mettant ainsi un terme à cette passation de pouvoir. 

 

Tirages:  
  1c : 1.000.000 d’exemplaires
  2c : 2.000.000 d’exemplaires
  5c :   150.000 exemplaires
  5c :   250.000 (poste aérienne) exemplaires
  8c :   350.000 exemplaires
10c:    150.000 exemplaires
25c:    100.000 exemplaires

 

 

 

 

Variété donc … rareté !

         

 
 
 
Ce timbre, plutôt rare, est une variété du 8c. Sa particularité repose sur l'erreur concernant son premier prénom: JOSF au lieu de JOSE. 1 exemplaire existe par feuille de 100 émise. 

 


 

 

  FDC reprenant les 7 timbres dentelés


 Pièce très rare et difficile à se procurer. Les 7 timbres de la série sont présents en non dentelés!!!! 

Un peu d'histoire ... 
José Raul Capablanca (1888/1942) 
  Il est un des joueurs les plus talentueux du 20ème siècle et un véritable héros national dans son pays, Cuba. 
  C'est à l'âge de 4 ans qu'il apprit le déplacement des pièces en regardant son père jouer. 
  Ses progrès furent spectaculaires. A 12 ans, il était déjà le meilleur joueur de son pays et promis à un brillant avenir. 
  Durant sa carrière, il s'est même offert le luxe, fait unique, de rester invaincu pendant plus de 8 ans (de 1916 à 1924). 
  C'est en 1921 qu'il devint champion du monde en infligeant une mémorable défaite au champion du monde en titre, l'allemand Emmanuel Lasker. 
  Il garda son titre jusqu'en 1927. Il le céda au joueur russe: Alexandre Alekhine. 
  Il mourut à l'âge de 54 ans à la suite d'un mauvais coup reçu. 
  Il reste dans la mémoire collective pour son style flamboyant et intuitif. 
 
Un peu d'Histoire concernant cet évènement...  
 

 Déjà en 1912, Capablanca voulait affronter le tenant du titre Emmanuel Lasker pour le titre suprême. 
  Celui-ci avait jusqu'alors déclinait cette proposition. Les motifs invoqués allaient de l'absence de notoriété internationale de Capablanca à une insuffisance financière de La Havane à organiser cette rencontre. 
  Néanmoins, face à la pression du monde des échecs et aux résultats exceptionnels réalisés par la suite par Capablanca, celui-ci accepta finalement cette confrontation, à contrecoeur.
  Le club de La Havane avait pris soin de proposer des conditions financières très avantageuses pour Lasker, quelque soit le résultat du match. 
  Très vite, la presse internationale s'empara de l'évènement et en fit ses choux-gras.

   Le Cubain avait les pronostics de tous ou presque et le contexte international jouait en sa faveur. Le sentiment anti allemand était encore fortement perceptible. 
  La rigueur mathématique du Teuton face à la beauté artistique Latine. Les journaux avaient matière à disserter. 
  Le match était prévu en 24 parties. En cas d'égalité, le champion du monde en titre gardait sa couronne. 
 
  La première partie débuta le 15 mars 1921 et se termina prématurément le 21 avril 1921. 
  La rencontre n'alla pas jusqu'à son terme. Dès la 14ème partie, Lasker abandonna. Le score était sans appel: +0; =10; -5. 
  Le talent du Cubain et la chaleur tropicale ont eu raison de l'Allemand. 

 

Une page nouvelle venait d'être tournée....

Voici 3 nouvelles FDC de cette série (comportant une Tour violette)

 

Série de 2 FDC

cuba 1951 FDC 1   cuba 1951 FDC 2


Encore une enveloppe premier jour

cuba 1951 FDC collective


document philatélique

cuba 1951 document philatélique


Autre document philatélique

cuba 1951 document 1/4

cuba 1951 document 2/4 cuba 1951 document 3/4

cuba 1951 document 4/4


 

1962

25 juillet 1962 
 

 

Institut national des sports INDER

 
tirage: 500.000 exemplaires 

Ce timbre fait partie d'une série de 30 timbres représentant 30 sports différents (6 feuillets de 5 timbres). Cette série existe également en non dentelée.

   

   feuillet comportant 5 timbres différents. Celui concernant le jeu d'échecs apparaît 5 fois. Sur une de ces timbres, on remarque une variété au niveau de la manche du joueur.

 cuba 1962 FDC

FDC

 

1966

18 octobre 1966 
 

 XVII Olympiades à La Havane

 
Tirage: 165 000 séries 
 

 
Tirage:  35 000 blocs 
 


 


 
 


 

 
Ces 3 FDC relatent non pas une partie entre Capablanca et Lasker, mais une combinaison élaborée entre ces 2 joueurs à Berlin en 1914. Les blancs jouent et gagnent en 6 coups. 
 

 
 
1- CxC - CxC 
2- Ta8 - CxT 
3- Rc8 - Cc7 
4- RxC - Ra8 
5- Rxb6 - Rb8 
6- Rc6 et le gain devient évident 
 
Un peu d'Histoire... 
Ce tournoi se déroula du 23 octobre au 20 novembre 1966. 
Lors de cette Olympiade, 52 pays étaient présents, représentant 301 joueurs dont 38 GMI et 45 MI. La cadence était de 40 coups en 2h 30 puis 16 coups à l'heure.  
L'Union Soviétique était à nouveau le grand favori de la compétition malgré les absences de Botvinnik, Smyslov et Kérès. 
Seule, parmi les grandes nations échiquéennes, l'Allemagne de l'Ouest était absente pour des raisons politiques. 
L'équipe des USA était venue pour emporter le titre lors de cette compétition. Equipe de choix puisque composée de Fischer, Byrne, Benko et Evans. Son objectif était de mettre fin à l'hégémonie Soviétique qui avait emporté le titre à 8 reprises. 
 
L'équipe soviétique était également impressionnante: Petrossian, Spassky, Tal, Stein, Kortchnoï et Polugaevsky. 
 
Les 52 équipes étaient réparties en 7 groupes de 14 équipes. Lors de la première phase, les 2 meilleures de chaque groupe étaient reversées dans des poules de classement. 4 poules de classement étaient ainsi présentes pour cette deuxième phase. 
De ces 14 équipes majeures, L'URSS sortit son épingle du jeu et termina en tête de la compétition devant les Etats Unis et la Hongrie (à égalité avec la Yougoslavie). 
Durant cette compétition, un match phare eut lieu en prémice d'un sacre futur entre Spassky et Fischer. Le score fut un match nul. 6 ans plus tard cette même rencontre bouleversera le monde des échecs. 
 
Pour sa part, la France fit mieux que d'habitude en terminant dans la poule B de cette compétition en se classant à une honorable 26ème place. Elle termina 4ème de ce groupe B derrière la Grande Bretagne. 
L'équipe était composée de: Mazzoni Guy, Boutteville César, Ducic Bagdan, Zinser Sylvain, Huguet Bernard et Chiaramonti Jacques. 
Sur les 76 parties jouées, les joueurs de l'équipe de France alignèrent 14 victoires, 30 matchs nuls et 31 défaites. Sur les 20 rencontres de la compétition, 5 gains, 3 nuls et 11 défaites. 
 
Sur les 80 parties soviétiques, le score fut légèrement différent: 50 victoires, 28 nuls et seulement 2 défaites (Stein et Kortchnoï). 
L'équipe enregistra 19 gains et 1 seul match nul. 
 
Par échiquier, les soviétiques comptabilisèrent 3 médailles d'or aux 1er, 3ème et 1er remplaçant (Pétrossian, Tal et Kortchnoï); une médaille d'argent à l'échiquier du 2ème remplaçant (Polugaevsky) et une médaille de bronze au 4ème échiquier.  
5 médailles sur 6 échiquiers, cela reste impressionnant! 
Pour sa part, Fischer termina 2ème au 1er échiquier. 
Néanmoins, la concurrence face à l'Union Soviétique s'est fait de plus en plus sentir!! 
 

reprise des 3 FDC avec les sigantures dedifférents joueurs de différents pays

 

1969

15 novembre 1969 
 

Tournoi Capablanca à la Havane


    Ce timbre, tiré d'une série de 6 timbres a été émis en l'honneur du mémorial de Capablanca qui a lieu tous les ans depuis 1963. 
    Cette série émise en novembre intervient peu après le sacre de Ratmir (Raimir) Jholmov, le Soviétique, avec 12 points sur 14.     

    Le tournoi eut lieu du 30 août au 20 septembre 1968 lors du VIème mémorial. 
    En 1969, c'est le Soviétique Alexei Suetin qui remporta ce tournoi avec un score de 11/15. 
    La VIIIème édition eut lieu du 20 février au 15 mars 1971. La FDC suivante est datée du 20 février 1971, donc de l'ouverture de la compétition. Le vainqueur fut le Tchécoslovaque Vlastimir Hort avec un score de 10,5/15.


 

Cette FDC reprend 3 des 6 timbres de la série.

 

1976

15 mars 1976 
 

Histoire du jeu d'Echecs: grands joueurs

 
 

             

 

  1c : Portrait de Ruiz Lopez Segura et échiquier

  2c : François Philidor, livre avec analyse de jeux d’échecs

  3c : Portrait de Wilhelm Steinitz, 1er champion du monde

13c : Portrait d’Emmanuel Lasker

30c : Portrait de Jose Raul Capablanca

 

Un peu d'histoire:

Ruy Lopez de Segura (1530à Zafra - 1580)

Ruy Lopez de Segura est un prêtre Espagnol du XVI° siècle, mais il est également un des plus forts joueurs de ce siècle, mais surtout, il est l'auteur d'un écrit qui fit date.

Son livre, écrit en 1561, "Libro de la Invencion del Arte Liberal del Axedrez" (Traité de l'invention et de l'art libéral du jeu d'Echecs" jette les bases de la théorie moderne des échecs. Cet ouvrage sera traduit en Italien en 1584 puis en Français et en Allemand au début du XVII° siècle.
Il fit progresser de manière significative les règles du jeu en permettant l'avancée de 2 cases du pion, en instituant la prise en passant et en mettant la Dame comme la pièce la plus importante du jeu.

En 1559, il s'impose face aux 2 champions du moment, les Italiens Léonardo (âgé de 18 ans à cette époque) et Boï. Il sera à ce titre reçu à la cour du roi Philippe II d'Espagne.

En 1575, eut lieu à Madrid le premier tournoi d'échecs opposant les joueurs italiens Leonardo (1542 -1587), Boï (1528-1598) et Polario (1548-1612), aux joueurs espagnoles Alfonso Ceron (1535-?) et Ruy Lopez. Il semblerait qu'à cette occasion, ce soit le joueur Italien Leonardo qui l'emporta mais rien n'est moins sûr. 

Ruy Lopez laissa également un marque indélébile pour nous joueurs. Le fait d'avoir laissé son nom à une des ouvertures les plus pratiquées par les joueurs de tous niveaux, l'Espagnol ou Ruy Lopez.

Cette ouverture débute par: 1- e4 e5 ; 2- Cf3 Cc6 ; 3- Fb5

François André Danican Philidor (7 septembre 1726 à Dreux - 31 août 1795 à Londres)

François Philidor est issu d'une lignée de compositeurs travaillant pour la cour de France. 

Il est néanmoins plus célèbre pour ses performances échiquéennes que pour ses compositions musicales, même si celles-ci ont eu une certaine notoriété de par le monde.

C'est à ce prodige français que l'on doit la célèbre maxime "Les pions sont l'âme des échecs".

Il naquit sous le règne de Louis XV, vécu en grande partie sous le règne de Louis XVI et mourut sous la période de la Révolution Française. Autant dire qu'il fut au coeur de grands changements de notre histoire de France.

Il apprit à jouer vers l'âge de 5 ou 6 ans en affrontant les musiciens de la  cour de France. très rapidement, il les battit tous.

Vers 14 ans, il se rendit assez régulièrement sur Paris, au Café de la Régence, afin de rencontrer des joueurs plus forts. Il fut repérer par le très fort joueur, le Sire Kermur de Legal qui l'entraîna de 1741 à 1744. Il était déjà capable de jouer 2 parties simultanées à l'aveugle, ce qui interloquait énormément les gens de son époque.

Finalement, l'élève dépassa le maître. S'il voulait continuer à progresser et être le meilleur, il se devait de se rendre en Angleterre. 

Cela fut fait après quelques détours.

En 1747, il rencontra tour à tour les 2 plus forts joueurs de l'époque, le Syrien Philippe Stamma et le Britannique Sir Abraham Janssen. Il vainquit le premier en 10 parties par le score sans appel de +8; =1 et -1. Le second en 5 parties par le score de +4; =0 et -1. 

A partir de ce moment, il fut considéré comme l'officieux champion du monde.

En 1749, il publia "L'Analyse du jeu des Echecs".

En 1751, il joua à Berlin 3 parties simultanées à l'aveugle. Il gagna les 3 parties et sa renommée s'amplifia encore.

En 1755, il revint en France et vainquit à nouveau le Sire Kermur de Legal.

En 1792, il quitta définitivement la France en raison de la longue tradition de sa famille envers la cour royale. La Révolution Française l'obligea à l'exil. 

Il mourut en 1795 à l'âge de 69 ans.  Son corps est inhumé à l'église Saint James Picadilly de Londres.

Willhelm Steinitz (12 mai 1836 à Prague - 12 août 1900 à New York)

Né dans l'actuelle République Tchèque, il est néanmoins un joueur d'origine autrichienne. Il est le premier champion du monde.

Il est né dans une famille pauvre. Ses parents le voyaient plus comme rabbin que comme joueur d'échecs.

A l'âge de neuf ans, il rencontre les échecs et ne lâche plus cette passion de toute sa vie.

Doué pour les mathématiques, il quitte Prague à l'âge de 22 ans pour continuer ses études à Vienne.

Parallèlement, il entreprend de se perfectionner aux échecs et devient un joueur professionnel.

Il commence à jouer dans de forts tournois à l'âge de 23 ans. En 1861, il est déjà le meilleur joueur autrichien.

Son premier véritable tournoi à lieu à Londres en 1862. Il lui laisse un goût amer. Il ne termine que 6ème, loin derrière Anderssen. 

Cette déconvenue ne fait qu'amplifier son mauvais caractère. Son humeur acariâtre devient légendaire et le nombre de ses ennemis s'amplifie très régulièrement.

En 1866, il prend sa revanche et atomise Anderssen (+8; =8 et -0).

Il bat par la suite tour à tour les plus forts joueurs de son temps.

C'est en 1886 qu'il devient officiellement le 1er champion du monde. Le match se déroule à New York (ville où il a élu domicile), Saint Louis et la Nouvelle Orléans, du 11 janvier au 29 mars 1886.

Son adversaire choisit est Zukertort, qu'il bat par 12,5 à 7,5.

Par la suite, il conserve son titre face à Gunsberg (à 3 reprises) et Tchigorine (à 2 reprises).

Il ne le perd définitivement qu'en 1894 face à la jeune étoile montante, Lasker (sur le score de +5; +4 et - 10). Il perd également le match revanche deux ans plus tard sur un score encore plus sévère (+2; =5 et -10).

Cette nouvelle défaite lui fait perdre la raison et petit à petit, il sombre dans la folie (il voulut même jouer face à Dieu en lui concédant 1 pion!).

Il s'éteint finalement le 12 août 1900 à New York.

L'Histoire des Echecs gardera de cet homme l'image d'un stratège des "pions" (approfondissant les idées du Français Philidor). Pour lui, la structure des pions était primordiale pour le gain d'une partie.

Il restera également comme le 1er champion du monde officiel de l'Histoire des Echecs.

Emanuel Lasker

Jose Raoul Capablanca


 2 FDC de cette série de 5 timbres

1982

29 décembre 1982

 

Capablanca

 

     

 

5 c : Capablanca enfant et pièce de jeu

20 c : Capablanca coiffé d’un canotier

30 c : Capablanca dans une attitude de jeu

50 c : Capablanca âgé

 

5 c X 4 + 2 vignettes « Roi «  et  »Dame »

 

20 c X 4 + 2 vignettes « Tour «  et  »Cavalier »

 

30 c X 4 + 2 vignettes «Cavalier «  et  »Tour »

 

50 c X 4 + 2 vignettes « Dame«  et  »Roi»

   

En marge supérieure de chaque feuillet, on peut lire l’inscription suivante : Capablanca in memoriam

 

 

  

Couverture verte illustrée d’un Cavalier

 

Voici 4 FDC reprenant l'ensemble des feuillets de la série

 

 

 aérogramme

 

1988

15 juillet 1988  

100ème anniversaire de la naissance de Capablanca

     

30 c : Pièces du jeu

40 c : Portraits de J. Corzo et Capablanca en médaillons

50 c : Portraits de Lasker et Capablanca en médaillons

1 P   : Diagramme de la finale "Capablanca - Lasker"

 

 

3 P   : Portrait de Capablanca (tableau)

5 P   : Portrait de Capablanca, pièces et drapeau Cubain

voici 2 FDC reprenant les 6 timbres de la série

 

FDC du premier timbre de la série comprenant également une pièce commémorative de cet évènement

 

100ème anniversaire de la naissance de Capablanca

 

 

 

 

reproductions réduites d'un timbre de la série de 1951 et timbres réduits et de couleurs différentes de la série précédente; en marge, silhouette de Rois et légendes: "Centenario nacimiento de J.R. Capablanca" et "Campeon mundial de ajedrez"

 

reprise des blocs sous la forme de FDC

 

1996

30 novembre 1996 

75° anniversaire du championnat du monde 'Capablanca - Lasker'

         

      

15 c: Portrait de Capablanca et pièces sur échiquier

65 c: idem, autre portrait de J. Corzo

75 c: idem, autre portrait

85 c: idem, enfant jouant contre son père

90 c: Capablanca jouant contre Lasker

2 FDC reprenant l'ensemble des 5 timbres de la série

 

2004

 

18 avril 2004

 II° Olympiade sportive Cubaine

Timbre représentant Fidel Castro jouant aux échecs avec des enfants

 

20 juillet 2004

LXXX° anniversaire de la FIDE

         

série de 3 timbres

15 c: Portrait de la M.I.F. Cubaine Maria Teresa Mora ;

65 c: Portrait de l'illustre Capablanca ; 

75 c: Portrait deChe Guevara jouant aux échecs.

 

2008

 

19 novembre 2008 

 
125ème anniversaire de la naissance du champion du monde cubain: Jose Raoul Capablanca  

    

série de 2 timbres en l'honneur du héro national

reprise des 2 timbres en feuillets de 24

FDC plus ou moins officielle de cette série (il semblerait qu'aucune FDC ne soit officiellement émise), à confirmer


2013


125ème anniversaire de la naissance de José Raoul Capablanca

31 mars 2013

cuba 2013 timbre 15 c   cuba 2013 timbre 65 c   cuba 2013 timbre 75 c   cuba 2013 timbre 85 c
15 c. Ce timbre retrace une partie jouée entre lui-même et le joueur Russo/français Bernstein lors d'une recontre au tournoi de Saint Sébastien en Espagne en 1911. Les noirs viennent de jouer 25. Db5. S'ensuivit la prise en g7

cuba 2013 timbre 1 avec piquage différent   cuba 2013 timbre 2 avec piquage différent   cuba 2013 timbre 3 avec piquage différent   cuba 2013 timbre 4 avec piquage différent
Variété!! les timbres se retrouvent à la verticale (problème de piquage)

Ils existent également en non dentelé


cuba 2013 FDC

Cette FDC reprend l'ensemble des timbres de la série

 


Retour à l'accueil